jeudi 18 avril 2013

La rétromania des seventies

Après les pétillantes sixties, au tour des seventies de briller de tous leurs feux sur les catwalks et dans les magazines de mode. Car, comme l'écrit si bien Nic Ulmi dans sa toujours excellente rubrique "Buzz" d'Edelweiss Magazine (mai 2013), "la mode est la championne absolue de la rétromania", à savoir cette obsession pour les mythes du passé que l'on réactualise sans cesse. 


Cette logique de la citation perpétuelle fait précisément l'objet de l'ouvrage de Simon Reynolds au plan musical : Rétromania. Comment la culture pop recycle son passé pour s'inventer un futur (Ed. Le Mot et le Reste, 2012), essai cité par le même Ulmi, et dans lequel on retrouve une phrase que l'on peut extrapoler au domaine de la mode :

"Les années deux mille ne sont pas les années deux mille : 
elles sont toutes les décennies précédentes à la fois". 




Comme si en manque d'imagination, le monde actuel avait besoin de puiser dans sa mémoire pour mieux se réinventer. Or, on peut interpréter cette manie des décennies passées comme un hommage direct ou indirect à la richesse d'un patrimoine qui s'est perdue en cours de route avec la globalisation et la standardisation de la confection.



 

C'est bien le manque d'imagination et de souffle des industries post-capitalistes qui est en cause, et pas les ressources infinies de tous ceux et celles qui contribuent à créer et à soutenir une mode éthique et libérée des standards de la production de masse.


Si la mode du passé inspire tant les créateurs et couturiers d'aujourd'hui, c'est parce qu'elle proposait en denrées inépuisables savoir-faire, humour, témérité, classe et inspiration...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire